HORS CLASSE AGRÉGÉS 2016

vendredi 1er juillet 2016
par  LECOURTIER Sébastien

HORS CLASSE DES AGRÉGÉS 2016

CAPN des 28, 29 et 30 juin 2016

Cette CAPN qui s’appuie sur une note de service dont le SNALC dénonce et rejette chaque année les principes se tient pendant les négociations du projet de protocole PPCR. Ce dernier tente de résoudre des problèmes que le SNALC soulève depuis des années, mais fait, en l’état, des propositions insuffisantes pour les agrégés.

La promotion des agrégés à la hors classe sous la forme où elle est pratiquée aujourd’hui existe depuis 2005. Les notes de service qui se sont succédé, chaque année, ont actualisé cette forme sans en modifier le fond lequel suscite depuis plus de 10 ans maintenant l’indignation des professeurs agrégés. Ils rejettent en effet :
• La non prise en compte du concours de l’agrégation et des diplômes du supérieur par l’Administration, qui s’est fondée sur les conclusions du Conseil d’Etat, suite à une saisine maladroite
• L’application d’un barème dit de parcours de carrière, conditionné par le passage au choix ou au grand choix pour les 10èmes et 11èmes échelon.
• L’avis du Chef d’établissement pesant autant voire davantage que celui de l’Inspection.
• La valorisation des fonctions et des formes diverses d’engagement, au détriment de ce qui est l’essence de notre profession : l’acte d’enseigner et la transmission des connaissances

La note de service pour la promotion des agrégés à la hors classe en 2016 n’échappe pas aux critiques. Dans le barème du parcours de carrière, elle maintient la condition du passage au choix ou au grand choix, et même sous une forme plus détaillée qu’auparavant.

Elle valorise l’ancienneté au 11ème échelon, confondant ancienneté et prise en compte de la valeur professionnelle.

Certes, le SNALC considère comme une mesure d’équité la remontée systématique en CAPN des dossiers de candidature des agrégés au 11ème échelon depuis au moins 4 ans et ayant un avis Très Honorable. Toutefois, ces derniers ne doivent pas être systématiquement promus ; un critère d’âge s’impose. Le SNALC défend la promotion d’un candidat portant un avis EXCeptionnel ou REMarquable et présentant une avancée de carrière globalement équivalente, et plus jeune. Pour le SNALC en effet, le mérite peut, sans attendre le nombre des années, être promu à la hors classe.

Pour ce qui est maintenant du projet de protocole Parcours Professionnel, Carrières et Rémunérations, le SNALC dénonce le sort inégalitaire réservé aux agrégés, et demande qu’ils soient revalorisés au moins à l’instar des autres corps.

En effet, la revalorisation indiciaire projetée pour la hors classe des agrégés ne correspond qu’à un transfert primes/ indice et non à une augmentation nette. L’augmentation indiciaire des chevrons prévue sera de 9 points, correspondant à 500,07 euros brut annuel, venant en déduction de l’ISOE. Une fois encore, les agrégés seront les oubliés de la revalorisation salariale.

En revanche d’autres corps bénéficient d’une revalorisation indiciaire largement supérieure à celle des agrégés.

Cyniquement, le projet s’attache à revaloriser les corps les plus nombreux. Leur traitement rattrape progressivement celui des agrégés. En revanche, les agrégés avec une augmentation d’indice plus faible, un écart de rémunération réduit avec les autres corps, connaissent une forme de déclassement. La question matérielle n’est pas tout. Il s’agit aussi pour notre société de montrer quelle valeur elle accorde à la connaissance approfondie et à l’effort intellectuel poussé pour réussir un concours difficile. De plus, cette rémunération peu avantageuse réduit l’attractivité de l’agrégation auprès des étudiants de valeur.

En créant la classe exceptionnelle, le projet de protocole PPCR a le mérite de s’attaquer au problème de l’allongement des carrières et de la stagnation au dernier échelon de la hors classe. C’est une revendication du SNALC. Néanmoins la perspective d’accéder à la Hors Echelle B n’est pas suffisante : les professeurs agrégés et de chaire supérieure doivent pouvoir achever leur carrière à la Hors Echelle B bis.

En outre, l’attribution de cette classe exceptionnelle repose sur un des critères que nous dénonçons : la valorisation des fonctions au détriment de ce qui est l’essentiel de notre profession, la transmission des connaissances. En effet, une proportion de 80% des promotions est attribuée au titre des fonctions occupées et à partir du 2ème échelon de la hors-classe. Les 20% restant sont attribués aux agrégés sans fonction spécifique, qui se consacrent uniquement à leur mission d’enseignement. Ils ne seront éligibles à la classe exceptionnelle qu’à l’échelon terminal de la hors classe.

Enfin le projet de protocole PPCR aborde, par le biais du déroulement de la carrière, l’évaluation. Certains se réjouissent de voir un nouveau déroulement de carrière fondé sur un rythme commun à tous. Cela n’est pas la position du SNALC qui, rappelons-le, défend la reconnaissance du mérite et de la qualité professionnelle et est opposé au nivellement.

Dans le projet de protocole PPCR, la carrière aura une durée de 25 ans et 3 mois. Les agrégés avançant précédemment au choix (durée de carrière 26 ans) gagnent 9 mois, ceux qui avancent au grand choix (durée de carrière 20 ans) perdent 5 ans et 3 mois. Cédant à plusieurs pressions, l’Administration propose, un mauvais compromis, une cote mal taillée.

En outre, les deux moments d’accélération de carrière prévus aux passages au 7ème échelon et au 9ème échelon donnent à l’Administration la possibilité de recréer un barème de parcours de carrière conditionné par le rythme d’avancement, auquel le SNALC est opposé.

Ce projet de déroulement de carrière fait aussi renaître la question de l’évaluation. Comment et par qui sera attribuée cette accélération ? Le modèle visé comme objectif est évidemment celui de la Fonction Publique en général (et non de la Fonction Publique enseignante). Si l’évaluation est globalisée et concentrée dans les mains du supérieur hiérarchique, il n’est pas douteux qu’un bon professeur sera, pour lui, celui qui anime la vie sociale et collective de l’établissement. C’est une autre conception de notre métier et de l’Education qu’on impose par ce biais.

Le SNALC par son projet de Collège Modulaire et de Lycée de tous les Savoirs, est le seul syndicat à proposer au contraire des voies pour que tous les élèves, et notamment ceux issus des milieux les plus défavorisés, puissent développer par le travail et l’effort toutes leurs qualités.

Un pays pour affronter l’avenir doit créer puis accroître dans sa jeunesse l’envie d’apprendre, le goût de l’effort intellectuel. Les agrégés qui en ont fait la preuve en passant le concours de recrutement le plus difficile de l’enseignement, méritent une reconnaissance morale dont la traduction matérielle par le projet de PPCR est, actuellement, insuffisante et désavantageuse.

Les commissaires paritaires agrégés du SNALC-FGAF

contact : gesper@snalc.fr

Navigation

Agenda

<<

2017

 

<<

Juillet

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Statistiques

Dernière mise à jour

jeudi 20 juillet 2017

Publication

606 Articles
Aucun album photo
5 Brèves
5 Sites Web
67 Auteurs

Visites

27 aujourd’hui
40 hier
97813 depuis le début
1 visiteur actuellement connecté