Refondation : le SNALC demande la démission de la ministre

vendredi 6 mai 2016
par  Sébastien LECOURTIER

Communiqué de presse du SNALC-FGAF du 2 mai 2016 :

JOURNÉES DE LA REFONDATION :

LE SNALC DEMANDE LA DÉMISSION DE LA MINISTRE

À l’occasion de la séance inaugurale des Journées de la Refondation de l’École organisées à la Bourse de Paris par le Ministère les 2 et 3 mai, le Président national du SNALC a publiquement interpellé ce matin la Ministre de l’Éducation nationale dans les termes suivants :
Citation :
" Madame la Ministre,

Le SNALC dénonce la politique nuisible que vous imposez, et qui n’est pas une refondation de l’École. Refus du dialogue, mépris des personnels et de leurs conditions de travail, plans de com’ constellés de mensonges : ce n’est pas une manière de gouverner. Le latin pour tous, c’était faux. La dictée quotidienne, c’était faux. Une chance pour l’allemand, c’était faux. Des heures en plus pour les élèves en difficulté, c’était faux.

À l’occasion de cette coûteuse mise en scène, le SNALC porte ici la parole des personnels que vous tentez de faire taire. Ils vous disent leur dégoût de vos méthodes. Ils vous disent surtout leur profonde inquiétude et leur désarroi quant à l’avenir de notre École.

Abrogez. Et démissionnez. "

Le SNALC entend ainsi continuer à être le véritable défenseur des collègues de terrain face à une mascarade médiatique où tout est verrouillé d’avance, qu’il n’entend cautionner ni par sa présence ni par un silence complice.

Contacts : François PORTZER, président du SNALC-FGAF, portzer@aol.com

Regarder la VIDEO extraite du journal de BFM TV :
Jean-Rémi GIRARD, vice-président national du SNALC-FGAF, tout juste expulsé de #RefondationEcole : « Cette réforme, elle n’est pas bonne, il faut rouvrir les négociations, ça fait un an qu’on le demande parce que la réforme est mauvaise *pour les élèves*. Ça fait un an que la ministre n’écoute pas. »
Regarder la VIDEO extraite du journal de Public Sénat :
« Nous avons à faire à une absence de dialogue totale, c’est pour ça que nous avons pris la parole. Nous n’avons pas pu rencontrer la ministre depuis plus un an. Elle occulte véritablement la parole des enseignants. Nous avons voulu manifester la réalité du terrain dans une assemblée où il n’y a quasiment aucun prof de base mais toute la nomenklatura qui dirige le ministère depuis des années » explique François Portzer, président national du Syndicat national des lycées et collèges (SNALC) qui dénonce lui « cette grande messe médiatique extrêmement coûteuse ».

Agenda

<<

2017

>>

<<

Octobre

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345

Statistiques

Dernière mise à jour

mercredi 18 octobre 2017

Publication

646 Articles
Aucun album photo
5 Brèves
5 Sites Web
942 Auteurs

Visites

163 aujourd’hui
120 hier
105218 depuis le début
3 visiteurs actuellement connectés