LYCÉE : on ne change pas une équipe qui perd

samedi 28 novembre 2015
par  Sébastien LECOURTIER

Communiqué de presse du SNALC-FGAF du 27 novembre 2015 :

LYCÉE : on ne change pas une équipe qui perd
Le SNALC-FGAF a accueilli avec dépit le tant reporté bilan de la réforme du lycée. Empêtré dans une réforme du collège rejetée par la grande majorité des personnels, le ministère ne voulait clairement pas que l’on parle de l’échec des mesures mises en place au lycée, qui relèvent du même fonds idéologique  : interdisciplinarité forcée (notamment dans les enseignements d’exploration), accompagnement personnalisé de pacotille ou encore attaques contre les langues anciennes.

C’est pourquoi la première réunion de concertation sur le lycée, qui s’est tenue hier, et qui s’inscrit dans une démarche qui durera jusqu’à la mi-avril, n’a débouché sur rien d’autre que sur une volonté de ne rien changer, sauf à la marge. Hormis d’hypothétiques « adaptations techniques », rien ne sortira du « diagnostic partagé » voulu par le ministère avant 2017. On constate que le retard pris pour faire le bilan de ces réformes a pour conséquence immédiate l’immobilisme, à tel point que le SNALC se demande si le ministère souhaite vraiment parvenir à un bilan objectif, qui serait pour le coup extrêmement négatif.

Le SNALC participera bien entendu à l’ensemble des réunions prévues afin que le bilan tiré soit le plus proche possible de la réalité du terrain et que des mesures autres que cosmétiques soient prises dès la rentrée 2016. Le SNALC sera d’autant plus combatif et constructif qu’il est la seule organisation syndicale à proposer une alternative concrète au déplorable lycée Châtel qui soit immédiatement applicable : le Lycée de tous les savoirs présenté depuis plusieurs mois au ministère et aux média et téléchargeable sur son site national.

Contact : François PORTZER, Président du SNALC-FGAF, portzer@aol.com