Fichage des opposants : le rectorat se défausse sur le lampiste

jeudi 8 octobre 2015
par  Sébastien LECOURTIER

Communiqué de presse du SNALC-FGAF du 7 octobre 2015 :

Fichage des opposants :

le rectorat se défausse sur le lampiste

Le SNALC-FGAF, dès qu’il en a eu connaissance, s’est indigné des dispositions prévues par le rectorat de Toulouse pour faire passer à tout prix la réforme du collège auprès des professeurs, qui, pour leur très large majorité, la rejettent, en particulier la mise en place d’un système de classement des enseignants, en trois catégories : opposants ("irréductibles"...), indifférents et "progressistes"...

Le rectorat, dans un communiqué, ce soir, désigne un lampiste, l’IA-IPR qui présentait cette méthode lors d’une réunion devant une centaine d’inspecteurs, chefs d’établissement et enseignants. Comment imaginer qu’un tel dispositif ait été ignoré en haut lieu ? Ce "lâchage" est bien lâche et ne saurait rassurer les inspecteurs et chefs d’établissement du pays, très inquiets de l’improvisation dans laquelle la formation à la réforme se déroule, et des injonctions, souvent contradictoires, qu’ils reçoivent.

Le rectorat a beau jeu d’écarter le terme de fichage des enseignants : comment être certain que des chefs d’établissement ne fassent pas remonter de noms ?

Le SNALC-FGAF trouve bien facile et bien pauvre la défense du rectorat, qui ose dire que son "plan de formation académique repose sur la confiance aux établissements et aux personnels éducatifs", alors que c’est la défiance et la volonté de formatage et mise au pli des enseignants qui dominent. L’affaire du collège Bellefontaine de Toulouse - six enseignants désignés "meneurs" d’un mouvement social contestant les modalités d’application de la réforme REP+ anticipée dans leur établissement - ou le cas du professeur des écoles stagiaire du Tarn Valentin Pion, non titularisé pour avoir osé contester un procédé stigmatisant des élèves et validé par la hiérarchie, suffisent à montrer ce que valent les ressources humaines dans l’académie de Toulouse et comment elles sont traitées... Ce malheureux fichage des enseignants est bien dans l’esprit, hélas, de la politique managériale du rectorat depuis des mois, et bien au diapason du mépris et de l’aveuglement, depuis des mois aussi, du ministère et de la DGESCO.

C’est ce sur quoi insistera le SNALC-FGAF lors de la réunion intersyndicale de jeudi 08 octobre.

Plus que jamais, dans ces temps troublés où règne l’arbitraire, le SNALC-FGAF est aux côtés des personnels de l’Education encore nationale.

Contact : Jean-Christophe DEYDIER, Secrétaire académique du SNALC-FGAF de Toulouse, jcdeydier@yahoo.fr


Agenda

<<

2018

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Statistiques

Dernière mise à jour

jeudi 20 septembre 2018

Publication

886 Articles
Aucun album photo
5 Brèves
5 Sites Web

Visites

15 aujourd’hui
103 hier
140010 depuis le début
11 visiteurs actuellement connectés