LE DÉVELOPPEMENT DE L’APPRENTISSAGE DANS L’ÉDUCATION NATIONALE

mercredi 19 février 2020
par  Sébastien LECOURTIER

LE DÉVELOPPEMENT DE L’APPRENTISSAGE DANS L’ÉDUCATION NATIONALE
Valerie LEJEUNE-LAMBERT
Responsable plp aca Versailles
Le 17 février 2020

Entre "miroir aux alouettes" et "politique des petits pas", notre employeur a vraiment l’art de fâcher tout le monde.

Le miroir aux alouettes de l’apprentissage pour les jeunes et leur famille.

Inutile de le nier, l’apprentissage a bonne presse auprès de l’opinion publique qui associe cette voie de formation aux métiers d’arts ou artisanaux, la fameuse intelligence de la main comme se plait à dire notre Ministre. Mais entre les discours ministériels et ce qui se prépare pour les LP, il y a un monde.

La loi "Liberté de choisir son avenir professionnel", en confiant, de fait, l’apprentissage aux branches professionnelles devrait s’appeler "Liberté des entreprises de se passer de l’Education Nationale", et elles en jouissent sans vergogne comme le montre l’explosion des ouvertures de CFA d’entreprise ¹ :

Mais comment leur en vouloir ? Après presque quarante ans d’innovations pédagogiques, de discours édifiants sur l’orientation choisie, de l’égale dignité et, à présent, de l’injonction du projet professionnel, notre institution, qui à bien des égards n’en est plus vraiment une , a produit des millions de jeunes diplômés déboussolés et malheureusement pour beaucoup illettrés. A quoi, il faut ajouter, une kyrielle d’interlocuteurs, décentralisation et déconcentration obligent, sûrs de leur bon droit habitués qu’ils sont à s’adresser aux pauvres fonctionnaires ou contractuels que nous sommes et qui n’avons pas d’autre choix que d’obéir.

Les branches professionnelles et les grandes entreprises ont les moyens et la volonté d’investir dans des formations attractives et insérantes. Elles ont aussi la liberté de recruter qui elles veulent ce qui n’est pas nouveau. Parmi les candidats à l’apprentissage, il y aura donc beaucoup d’appelés mais peu d’élus parmi les jeunes mineurs qui sont orientés en voie pro. Se pose alors la question importante de l’investissement nécessaire pour créer, dans les lycées publics et sous statut scolaire, des formations attractives et insérantes. Face à nos demandes, notre employeur nous renvoie vers les Régions qui pour des raisons financières et idéologiques ne sont pas fâchées de laisser aux entreprises le financement de l’apprentissage.

Mais alors que faire de tous ces exclus de "l’excellence " ? Nous, les PLP, chevilles ouvrières du service public, nous avons donc à prendre en charge les déçus d’aujourd’hui et bientôt ceux d’hier. Et c’est là tout l’enjeu de la création d’UFA dans tous les lycées professionnels. Ceux-ci vont permettre d’accueillir, il est vrai, quelques apprentis mais surtout beaucoup de stagiaires de la formation professionnelle continue. Comment en est-on arrivé là ?

La politique des petits pas – d’un mot à l’autre ou plutôt d’un maux à l’autre – pour les enseignants.

Repère chronologique pour mieux comprendre :

2004 Création du contrat de professionnalisation. À cette occasion, le gouvernement décrète que ce dernier relève de la formation continue et que l’apprentissage appartient à la formation initiale.

2009 Avec la généralisation du Bac Pro 3 ans l’apprentissage s’effondre. L’Education Nationale se met en tête de développer l’apprentissage en son sein.

2011 Sous couvert de maintenir certaines filières industrielles " à faible flux mais à fort taux d’insertion", la Direction Générale de l’Enseignement Scolaire publie "La mixité des publics en formation professionnelle"² qui se limite à la mixité "scolaires + apprentis".

2016 l’Inspection Générale édite le " Le développement de l’apprentissage dans les établissements publics locaux d’enseignement"³ qui précise dans son introduction " D’un point de vue pédagogique, il n’y a pas d’obstacle réglementaire puisque les deux statuts sont rattachés à la formation initiale… Plus globalement, la mixité peut aussi concerner la formation continue. Il semble nécessaire de travailler la synergie entre réseau des GRETA et CFA. Cela interroge la nature des statuts des personnels qui interviennent dans les différents réseaux. Il y a tout à gagner à marier la culture des uns et des autres"

Mai 2018 Lancement de la Réforme de la Voie Professionnelle. Elle prône l’excellence de l’apprentissage, la mixité des parcours, et à mots couverts la mixité de tous les publics. De plus, elle nous apporte dans les LP un nouveau lot "d’innovations pédagogiques" chronophages combinées à une réduction drastique des horaires d’enseignement général.

Septembre 2018 Vote de la loi "Liberté de choisir son avenir professionnel" qui en étendant aux organismes de formation la possibilités de proposer de l’apprentissage supprime la distinction "formation initiale, formation continue" pour créer un seul et même concept de formation professionnelle.

Avril 2019 Décret n° 2019-317 du 12 avril 2019 intégrant l’apprentissage aux missions des groupements d’établissements (GRETA).

Juillet 2019 Publication du vrai faux vade-mecum "Développement de l’apprentissage dans l’Education Nationale"⁴ (le Ministère explique que la publication de ce Vade-Mecum est une erreur) qui lui aussi avance masqué sur le concept de mixité totale (pages 6, 8 et 9).

Septembre 2019 Plusieurs académies fusionnent leurs CFA GRETA au prétexte de "sauver les Greta" et entendent imposer aux enseignants contractuels intervenant en CFA un changement de statut. D’enseignant, ils passent à formateur avec à la clef une augmentation de 25% de leur temps de travail pour le même salaire.

Octobre 2019, le Snalc, reçu en audience sur le développement de l’apprentissage dans les lycées, interroge la DGESCO sur l’évolution du statut des PLP aux regards du sort réservé aux contractuels des CFA et du vade-mecum "Développement de l’apprentissage dans l’Education Nationale". Cette dernière nie la volonté d’inclure, sans leur accord, la possibilité d’intervenir face au public de la formation continue.
Depuis, le Snalc a pris connaissance, d’un projet de circulaire⁵ qui montre bien que ses craintes étaient fondées. Le statut d’enseignant évolue bien vers un statut de formateur n’intervenant plus uniquement face à des élèves mais à des apprenants dans le cadre du mixage des publics tous statuts confondus.

Il est important de rappeler que le statut de stagiaire de la formation continue ne se limite aux personnes en contrat de professionnalisation, il englobe : les jeunes en attente ou en rupture de contrat d’apprentissage, les demandeurs d’emploi qui suivent une formation bien souvent imposés et aussi les fameux NEET⁶. Avec 6 500 000 personnes inscrites à Pôle Emploi et 1 à 2 000 000 de NEET non inscrits en qualité de demandeurs d’emploi, nous n’allons pas manquer de "clients" !

Qui peut sincèrement croire qu’une prétendue ingénierie de la formation permette une réelle individualisation de la formation lorsque l’on regroupe un public si hétérogène dont l’effectif maximum n’est même pas défini !

Le Snalc combat le mixage des publics qui ne permet pas de délivrer une formation digne de ce nom et dégrade spectaculairement les conditions de travail et de rémunération des PLP.

Au nom d’un réel service public de formation le Snalc encourage tous les PLP, à l’occasion des CA ou des portes ouvertes, à informer les parents sur l’évolution des lycées professionnels où leurs enfants vont côtoyer des apprenants adultes avec tous les risques que cela peut engendrer.

¹Pourquoi les formations en apprentissage décollent-elles enfin ?- 20 Minutes 04/02/2020
²La mixité des publics en formation professionnelle
³Le développement de l’apprentissage dans les établissements publics locaux d’enseignement
Développement de l’apprentissage dans l’Education Nationale
⁵Projet circulaire
⁶Neet : « 22 % des jeunes de 20 à 24 ans sont ni en emploi, ni en enseignement, ni en formation. » extrait mail du 29/03/2019 du Ministre aux enseignants


Statistiques

Dernière mise à jour

dimanche 5 avril 2020

Publication

1374 Articles
Aucun album photo
6 Brèves
6 Sites Web
1958 Auteurs

Visites

41 aujourd’hui
83 hier
197329 depuis le début
2 visiteurs actuellement connectés