Le PRESIDENT ACADEMIQUE DU SNALC AIX-MARS EN DIRECT DE LA MATINALE FCE BLEUE PROVENCE

lundi 22 juin 2015
par  LECOURTIER Sébastien

Pourquoi un préavis de grève pour le jour de la pré-rentrée (31/08/15) ?

Le Président du SNALC AIX-MARSEILLE a été ce matin l’invité de la matinale de FRANCE BLEUE PROVENCE : il est intervenu pour expliciter brièvement la position du SNALC quant à son préavis de grève sur le jour de la pré-rentrée (31 Août 2015).

(L’intervention se situe entre 0’39 et 4’45) :

CLIQUEZ ICI !

· Le SNALC-FGAF s’est toujours fermement opposé au principe d’une reprise des cours en août.

—> C’est le seul syndicat à avoir déposé un préavis de grève pour la rentrée scolaire dernière, ce qui avait conduit le ministre de l’époque à repousser la prérentrée des professeurs au 1er septembre, et à décaler la rentrée des élèves au 2 septembre - sans aucun rattrapage de la journée entre guillemets « perdue » pour les élèves… force est de constater que cette journée manquante n’a pas particulièrement mis en péril leur réussite.

 

· Face aux projets de calendriers scolaires à venir, nous avons à nouveau déposé en décembre dernier sur la journée du 31 août prochain, jour de pré-rentrée des professeurs.

—> Tout calendrier scolaire s’étend toujours du 1er septembre au 31 août de l’année suivante : il est donc pour nous normal que la pré-rentrée des professeurs fasse partie intégrante de l’année scolaire, d’autant qu’elle figure officiellement à chaque calendrier scolaire.

—> Nous avons fait des demandes d’amendements en ce sens lors du Conseil Supérieur de l’Éducation d’avril dernier : elles ont toutes été rejetées par l’Administration alors que nos propositions offraient ni plus ni moins autant de jours de cours aux élèves que cette présente année 2014-2015.

—> Nous sommes favorables à la définition d’une année scolaire de 35 semaines de vrais cours pour recentrer l’École de la République sur ses missions premières : qui sont pour nous la transmission des savoirs et le développement de l’esprit critique.

—> Placer notre pré-rentrée sur une journée de rentrée des élèves ne devrait pas soulever plus de polémiques que ça. Ce n’est pas ça qui compromet loin de là leur année scolaire : Qu’on commence déjà par restituer nos heures de cours perdues tout au long de l’année au bénéfice de dispositifs fumeux et fumants : Lorsqu’on sensibilise les élèves à la découverte du goût sur les heures imparties du français ou des mathématiques, personne ne vient ici crier au vol...

 

· A vrai dire, cette journée positionnée fin août, a une forte connotation symbolique :

—> Ce choix nouveau de faire reprendre, coûte que coûte, les professeurs fin août est symptomatique d’une politique de dénigrement de la profession, qui laisserait à penser - très démagogiquement – et vis-à-vis de l’opinion publique que les professeurs ne travailleraient pas assez ; ils deviennent de plus en plus porteurs de tous les maux et dérives de la société.

—> Ce raccourcissement des congés d’été est pour nous symptomatique de la détérioration croissante de la condition enseignante. Il n’y a pas non plus ensuite à s’étonner de l’hémorragie constatée et amplifiée un peu plus chaque année au niveau de la crise des recrutements qui est aujourd’hui sans précédent. Nos supposés « avantages » ne semblent plus intéresser grand monde, même en période de crise. Alors effectivement continuons, attaquons maintenant le peu d’attractivité qu’on pourrait encore y trouver. Il faut quand même savoir que dans nombre de disciplines il y a moins d’admissibles que de postes : Qui franchement peut-être aujourd’hui intéressé à devenir professeur après 5 longues années d’étude pour se retrouver en début de carrière avec un salaire à peine 1.1 fois plus élevé que le SMIC , et sans plus aucune autorité reconnue ni soutien de son Institution ?

—> Ce choix va une fois de plus dans le sens du profond mépris que nous a affiché encore récemment notre Ministre qui a fait le choix de publier le texte du décret sur la réforme du collège au lendemain d’une journée de mobilisation nationale d’ampleur, de ceux qui sont pourtant sur le terrain et que l’on n’écoute jamais. Texte qui d’ailleurs n’a même pas été soumis au préalable pour avis aux organisations syndicales représentatives dont fait partie le SNALC. Après, on va bien sûr vanter les prétendues mérites du dialogue sociale…. Bref, tout cela en dit long sur la manière dont nous sommes considérés à notre juste place et valeur. Ce n’est pas faute pourtant d’être dévoués pour nos élèves, contre vents et marrées.


Documents joints

MP3 - 7 Mo

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 23 mai 2017

Publication

573 Articles
Aucun album photo
5 Brèves
5 Sites Web
67 Auteurs

Visites

94 aujourd’hui
129 hier
90770 depuis le début
6 visiteurs actuellement connectés