CIRCULAIRE ÉCOLE INCLUSIVE : PLUS DE QUESTIONS QUE DE RÉPONSES

samedi 24 août 2019
par  Sébastien LECOURTIER

CIRCULAIRE ÉCOLE INCLUSIVE :
PLUS DE QUESTIONS QUE DE RÉPONSES

© iStock KatarzynaBialasiewicz

Article paru dans la Quinzaine universitaire n°1431, juillet 2019
Par Xavier PERINET-MARQUET, membre du Bureau national
En plus de l’habituelle circulaire de rentrée, paraît cette année une circulaire distincte dite « circulaire école inclusive ». Interrogé sur le projet de circulaire, le SNALC en a profité pour rappeler sa position sur l’inclusion. Si certains élèves bénéficient d’inclusion en classe ordinaire, celle-ci ne peut être généralisée à tous sans discernement. Nous avons rappelé que l’inclusion n’est possible que si elle est bénéfique et profitable à tous et ne doit pas être un prétexte à supprimer des postes dans l’enseignement spécialisé, le médico-social et le médical.

Une partie de la circulaire se concentre sur l’organisation de l’école inclusive. Sur les PIAL, le SNALC est plus que réservé comme il l’a déjà écrit et exprimé à maintes reprises. On sait que ces dispositifs visent à « optimiser » les ressources et à les « gérer » au mieux. Ce qui ne répond absolument pas aux revendications et besoins des AESH. Le SNALC en a donc profité pour rappeler nos revendications pour nos collègues.

Pour les enseignants, une plate-forme de ressources doit voir le jour. Si l’idée est bonne, la reconnaissance en termes d’horaire (6 heures sur les ORS) pour le travail de contact avec les équipes de soins et les réunions est bien insuffisante au regard du temps passé par les collègues à suivre les élèves à besoins éducatifs particuliers.

Deux autres points nous alertent. Le premier concerne les parcours des élèves qui seront supervisés par les IEN et les CDE. Leurs connaissances de ces situations sont souvent très insuffisantes, on se dirige donc vers un pilotage purement administratif et non global. Le second point concerne la création d’une commission départementale premier degré pour les cas les plus complexes. L’idée est intéressante mais aucun détail n’est précisé sur la composition, les attributions et le pouvoir réel de cette commission. D’autant plus que le nombre de situations extrêmes ne cesse d’augmenter, et que la hiérarchie a une fâcheuse tendance à faire porter sur les personnels les échecs de l’inclusion sur fond de réduction de moyens dans le médical et le médico-social.■


contact :
info@snalc.fr

Statistiques

Dernière mise à jour

lundi 9 décembre 2019

Publication

1207 Articles
Aucun album photo
5 Brèves
6 Sites Web
1328 Auteurs

Visites

15 aujourd’hui
67 hier
171016 depuis le début
6 visiteurs actuellement connectés