ÉPREUVES DE CONTRÔLE CONTINU : LE SNALC DEMANDE À ÊTRE ENTENDU

samedi 24 août 2019
par  Sébastien LECOURTIER

ÉPREUVES DE CONTRÔLE CONTINU : LE SNALC DEMANDE À ÊTRE ENTENDU

© iStock - ajr images

Article paru dans la Quinzaine universitaire n°1431, juillet 2019
Par Sébastien VIEILLE, secrétaire national à la pédagogie
Actif lors des audiences sur les projets de programmes, lors de la concertation sur le calendrier du futur baccalauréat, le SNALC a demandé à être entendu sur les épreuves de Français ainsi que sur les épreuves de contrôle continu. Et le SNALC veut des réponses pour éviter que les collègues se retrouvent face à une usine à gaz juste bonne à les rendre fous.

Les programmes sont une chose. Et le SNALC critique et propose lors des concertations ; il amendera lors du Conseil supérieur de l’éducation à venir. Il n’hésite pas non plus à commenter les sujets 0 qui ont été mis en ligne sur Eduscol. À ce titre, le SNALC a signalé que les sujets sont souvent déséquilibrés. Certains sont pointus et d’autres simples, voire simplistes. Là se concrétise notre crainte d’un examen futur qui manquera d’équité et dépendra du désir d’exigence d’un établissement. Et, n’oublions pas que ces sujets 0, si ambitieux soient-ils parfois, ne veulent rien dire sans les grilles d’évaluation qui depuis plusieurs années sont pour le moins bienveillantes.

Ensuite, il y a un calendrier qui se dessine, explicable par rapport à Parcoursup, mais dangereux pédagogiquement : les spécialités seraient, en terminale, évaluées en mars, avant les vacances. Un problème au regard de la lourdeur et de l’ambition de certaines spécialités. La solution consistant à définir un programme d’avant les écrits et des morceaux pour l’oral nous semble la preuve que face à un calendrier contraint et une réforme bancale, le système cherche des chausse-pieds.

Enfin, viennent les épreuves de contrôle continu. Là, le SNALC demandera des garde-fous. Le ministère s’est voulu rassurant en affirmant que les copies de spécialité et de contrôle continu seront payées comme des copies de bac. Il faut maintenant que le rôle des E3C¹ en tant qu’examens soit sanctuarisé afin d’éviter des dérives déjà vues en langues. Il nous faut des éclaircissements sur le traitement des retards et des absences des élèves, sur les modalités de convocation, d’organisation d’épreuves de substitution. Les collègues vont évaluer, beaucoup et souvent. Sans cadrage, cela confinera au n’importe quoi. Et encore, nous ne mentionnons pas l’ETLV².■


¹E3C : épreuves de contrôle continu en cours de formation.
²ETLV : enseignement technologique en langue vivante.

contact :
info@snalc.fr