TESTS DE SECONDE : UN FESTIVAL D’IMPROVISATION

jeudi 13 septembre 2018
par  Sébastien LECOURTIER

TESTS DE SECONDE :
UN FESTIVAL D’IMPROVISATION

Le SNALC constate que la mise en œuvre des tests de positionnement de début de seconde est, comme il l’avait prévu, extrêmement problématique. Il en a d’ailleurs déjà fait part au ministère, signalant toutes les difficultés que rencontraient les chefs d’établissement, les professeurs ou encore les CPE.

En effet, le calendrier resserré, le manque de postes informatiques, l’impossibilité dans beaucoup de lycée de faire passer l’ensemble d’une classe sur le même créneau horaire aboutissent à un certain agacement des équipes.

Cet agacement est renforcé par la diffusion d’un guide qui prévoit de nommer des coordinateurs et des accompagnants numériques chargés de lourdes tâches, et ce alors qu’aucune rémunération n’a été prévue.

Le SNALC signale que de telles missions doivent impérativement donner lieu à l’attribution d’IMP (Indemnités pour Mission Particulière), et invite donc les collègues à refuser ces missions si on leur demande de les effectuer de façon bénévole.

Enfin, le SNALC rappelle que s’il comprend parfaitement l’intérêt de ces tests en termes d’établissement d’indicateurs au niveau des rectorats et du ministère, il n’en voit pas l’intérêt pour les collègues, qui sont à même dans leur travail quotidien de repérer les difficultés de leurs élèves. La question est plutôt de voir ce qui est proposé par l’institution pour y remédier. À savoir, hélas, pas grand-chose.


Paris, le 13 septembre 2018


Contact :
Jean-Rémi GIRARD, Président du SNALC-FGAF, girardsnalc@yahoo.fr