Bienvenue sur le site Internet du Snalc Aix-Marseille

 

 

SNALC académie d’Aix-Marseille
774 Route de L’Isle-sur-la-Sorgue - 84250 LE THOR
09 51 52 98 08
snalc.am@laposte.net

 

 

VOTRE CARRIÈRE ET VOUS :

 

—> ADHÉRENTS :

Fiche de suivi (CAPA / CAPN)

 

—> NON-adhérents :

Fiche de suivi (CAPA / CAPN)


 

Le SNALC AIX-MARSEILLE fera le reste !

ADHÉREZ EN LIGNE :


Adhésion par CARTE BANCAIRE

Adhésion par PRÉLÈVEMENTS MENSUALISES


Avantages SNALC


Article 1 de nos Statuts :

« Le Snalc est libre et indépendant de toute attache à une organisation politique, confessionnelle ou idéologique »


(NON subventionné par l’État)

 

Nous travaillons bénévolement POUR VOUS

GRÂCE à VOTRE soutien !


lundi 20 janvier 2020
par  Sébastien LECOURTIER

Retraite et revalorisation : LE POINT SUR LA MOBILISATION

Retraite et revalorisation

LE POINT SUR LA MOBILISATION

Le SNALC a toujours fait de la revalorisation légitime de la part fixe des traitements la première de ses revendications et ce, sans contreparties.

Après avoir participé activement à la mobilisation depuis plus d’un mois, le SNALC a momentanément suspendu son appel à la grève. Il a cependant déposé un préavis jusqu’aux vacances d’hiver pour toutes les zones, et laisse celles et ceux qui sont dans la lutte libres de continuer les actions locales et légales, qu’il soutient évidemment.

Le SNALC compte fermement participer aux discussions de la mise en œuvre de la revalorisation des enseignants, CPE et PsyEN, inscrite dans l’article 1 du projet de loi sur les retraites, afin de ne pas prendre le risque de laisser d’autres syndicats négocier la mise à mal de nos missions et de nos obligations.

Les lignes rouges du SNALC sont claires et publiques. Si elles sont franchies, le SNALC prendra ses responsabilités et rentrera à nouveau, immédiatement, dans l’arène.

COMPRENDRE LES ENJEUX



Le SNALC n’a cessé de réclamer depuis près d’un an l’ouverture de négociations pour la revalorisation de nos traitements.

Il s’est montré ferme y compris au sein de l’intersyndicale pour maintenir cette revendication en première place parmi celles qui ont mobilisé les personnels contre les lois Blanquer, fonction publique et réforme des lycées. A cet effet, le SNALC a initié, comme il l’avait fait contre la réforme du collège, la grève au moment des examens :

ÇA SUFFIT ! (juin 2019)

Le SNALC a très tôt alerté sur les conséquences désastreuses d’un système de retraites par points dans l’Education nationale.

Depuis plusieurs années, et avant même la publication du projet de loi, le SNALC dénonce l’inacceptable perte de revenus que représenterait un tel mode de calcul de retraites pour les fonctionnaires de l’Education nationale et les professeurs en particulier, dont les revenus déjà inéquitablement bas par rapport aux fonctionnaires de même catégorie, subiraient une perte impensable :

ET SI DEMAIN LES RETRAITES ETAIENT DIVISEES PAR DEUX ? (mai 2016)
LA FUTURE RÉFORME DES RETRAITES : FAUT-IL TREMBLER ? (mars 2018)
LES FONCTIONNAIRES GRANDS PERDANTS DE LA FUTURE RÉFORME DES RETRAITES (novembre 2018)

Le SNALC s’est donc logiquement opposé au projet de loi de réforme des retraites sans un calendrier de revalorisation de la part fixe des rémunérations et ce, sans contreparties.

A cette fin, et en tant que syndicat représentatif, il a participé à toutes les rencontres et a déposé un dossier complet de constats comparatifs (disponible ci-dessous) ainsi que ses propositions réalistes de plan de revalorisation sur 10 ans pour chaque corps de personnels. Le SNALC y revendique l’augmentation qui est due à tous les personnels de l’Education nationale en matière de traitements, d’indemnités et de pensions. Il a maintenu son appel à la grève tant que la revalorisation évoquée n’avait pas été chiffrée ni fait l’objet d’un calendrier concret :

AGISSONS POUR NOS REMUNERATIONS, AGISSONS POUR NOS RETRAITES (novembre 2019)
SIMULATEUR DE RETRAITES : C’EST UNE PLAISANTERIE ? (décembre 2019)

Grâce à la forte mobilisation des grévistes à laquelle a participé le SNALC, l’engagement de revalorisation a été inscrit dans le projet de loi.

Il est évident que ce sont les grèves - auxquelles a participé le SNALC - qui ont permis d’obtenir cet engagement : à ce titre, l’effort des grévistes n’a pas été vain et nous les en remercions.

L’engagement de la revalorisation salariale et la loi de programmation qui la garantit sont donc inscrits dans l’article 1er du projet de loi sur les retraites.

Le processus de revalorisation des enseignants est donc actuellement conditionné à la réforme des retraites. Retirer ce projet, c’est supprimer de facto la garantie de notre revalorisation. Ce n’était pas la demande du SNALC. Néanmoins, aurons-nous avant longtemps une autre occasion d’obtenir l’augmentation de salaire qui nous est due ? Là où de nombreuses autres professions ont négocié avec leur ministère de tutelle des « régimes spécifiques », les personnels de l’Éducation nationale devraient-ils rester sur le bord du chemin ?

PROJET DE LOI INSTITUANT UN SYSTEME UNIVERSEL DE RETRAITE(janvier 2020)

Le SNALC suspend donc pour le moment son appel à la grève afin de participer aux discussions sur cette revalorisation.

La mention d’une « suspension de la grève pour le moment » n’est pas un effet de style. S’il était question par exemple d’augmenter les obligations de service, alors le SNALC en informerait immédiatement les personnels et relancerait d’autant plus durement son appel à la grève.

En somme,
- soit les discussions permettent d’obtenir des avancées significatives et le SNALC apportera ses conditions,
- soit le ministère est bloqué et ne veut rien concéder et le SNALC quittera les discussions et reprendra la grève.

REVALORISATION DES ENSEIGNANTS : LE SNALC PREND SES RESPONSABILITÉS(janvier 2020)

Le SNALC ne signera pas un chèque en blanc.

Le SNALC ne laissera pas certaines organisations syndicales seules avec le ministre pour établir la mise en place de cette augmentation des traitements : hors de question de modifier les obligations ou les statuts, hors de question de réclamer plus de travail contre une revalorisation qui nous est due. Nous avons déjà déposé sur le bureau du ministre les lignes rouges qui encadrent nos revendications, et notamment :

la garantie d’une revalorisation pour tous de la part fixe du traitement et ce, sans contreparties ;
le chiffrage précis de la garantie inscrite dans l’avant-projet de loi concernant le maintien des pensions des enseignants ;
la garantie que le contenu du projet de loi de programmation sur la revalorisation sera connu avant un éventuel vote sur la réforme des retraites ;
la prise en compte de l’ensemble des agents du ministère, au-delà des seuls enseignants, CPE et PsyEN.

Face au constat objectif de la baisse du nombre de grévistes, le SNALC est conscient que les collègues engagés par nos appels ne pourront pas longtemps continuer à accumuler les journées non payées. Toutefois, le SNALC a toujours fonctionné de façon autonome et chaque section académique reste libre, selon la situation locale et la volonté de ses adhérents, de s’associer ou non à l’intersyndicale et à la poursuite de la grève.

Enfin, nous rappelons qu’un préavis de grève du SNALC, qui couvre l’ensemble des personnels de l’Education nationale, a de toute façon été déposé jusqu’aux vacances de février contre l’organisation précipitée et dans la confusion des E3C .

E3C : MENACE DE NE PAS CORRIGER LES COPIES (janvier 2020)
E3C : COURRIER INTERSYNDICAL AU MINISTRE (janvier 2020)

----------------------------------
Lire aussi :

COMPARAISON SMIC/SALAIRE D’UN NEOTITULAIRE
DOSSIER RÉMUNÉRATIONS
HAUSSE DES RÉMUNÉRATIONS : DES MIETTES POUR QUELQUES COLIBRIS SEULEMENT
RÉMUNÉRATIONS : LA COUPE EST VIDE


Articles les plus récents

Sites favoris

Statistiques

Dernière mise à jour

mercredi 22 janvier 2020

Publication

1269 Articles
Aucun album photo
5 Brèves
6 Sites Web
1319 Auteurs

Visites

0 aujourd’hui
124 hier
177103 depuis le début
3 visiteurs actuellement connectés